Vincennes Tourisme

Site officiel du tourisme à Vincennes
>> Professionnels du tourisme

La vie au Moyen-Age

Bookmark and Share

Un grand chantier royal de 1361 à 1410

Le chantier de construction de Vincennes fut certainement l'un des plus importants de son époque. L'approvisionnement en pierres se fit avant tout dans des carrières situées à Charenton et à Conflans, au sud du Bois et au pied du plateau surplombant la Marne, ainsi qu'à Gentilly et Ivry-Vitry, sur la rive gauche de la Seine et aux portes de Paris.
La construction est d'une très grande qualité. Le soin apporté à l'assemblage, à joints fins, des pierres des parements extérieurs du donjon et de son châtelet et surtout de l'enceinte du château, est remarquable.

Faute d'une conservation des comptes de construction, nous ignorons l'importance de la main d'œuvre. Quelques éléments permettent de se faire une idée.
En 1363, il y aurait eu sur le chantier quatre-vingts tailleurs de pierre, deux cents maçons, deux cents compagnons, cent valets et trois cents voitures occupées à charrier les pierres. Entre 1373 et 1380, un volume total de 350 000 mètres cubes, plus le foisonnement, a dû être extrait pour établir les fossés du château. Pour construire le parement extérieur de la courtine, la contrescarpe, les tours et une partie du parement intérieur de l'enceinte, on a utilisé environ 260 000 blocs de calcaire d'une hauteur d'un pied, d'une longueur moyenne de 80 cm, d'une épaisseur de 50 à 70 cm : cela signifie l'arrivée en moyenne de 130 blocs par jour ouvrable. À cela, il faut ajouter les matériaux nécessaires pour le blocage intérieur des murs et les moellons du parement interne, plus les éléments particuliers que sont les pierres constituant portes, fenêtres, archères et contreforts ainsi que tous les éléments sculptés.

Le coût de construction du château fut considérable. Les quelques documents conservés permettent d'affirmer que le chantier, entre 1361 et 1380, coûta au roi plusieurs centaines de milliers de livres, cette somme très considérable englobant les travaux proprement dits mais aussi les dépenses liées à l'agrandissement du Bois et aux aménagements intérieurs des constructions, dont le coût a dû être fort élevé dans des bâtiments aussi luxueux que Vincennes et le manoir de Beauté.
Nous ne savons rien sur les artistes qui travaillèrent à Vincennes entre 1361 et 1410, ce qui est très regrettable car cette époque est importante pour l'histoire de l'architecture et de la sculpture de la fin du Moyen Âge et car les grands édifices bâtis par Charles V et ses frères ou par Charles VI au début de son règne ont quasiment totalement disparu.
C'est sans doute dans le domaine de la sculpture que le château de Vincennes occupe une place importante, trop longtemps méconnue, dans l'histoire de l'art. C'est en effet le seul grand témoin subsistant de l'art des artistes parisiens dans les années 1361-1400, à un moment où ils ont été particulièrement actifs et restaient novateurs.